Detaillierte Beitrags-Information

Zurück zur Liste

Beitragstitel Methadone et Carbamazépine : un cas d’induction enzymatique forte et prolongée
Autoren
  1. Brahim Youcef PSM Vortragender
  2. Yan Hodé
  3. German Delgado
Präsentationsform Poster
Themengebiete
  • Therapie
Abstract Mr X, âgé de 28 ans, prenait un traitement par méthadone à 180mg/j en deux prises en raison d’un métabolisme rapide. Environ 1% des sujets caucasiens et 3% des sujets africains sont métaboliseurs ultra-rapides en raison de l’activité rapide du cytochrome CYP2D6.
Compte tenu d’une symptomatologie associée avec angoisse, impulsivité, logorrhée un traitement complémentaire lui a été proposé par carbamazépine, le patient refusant les autres alternatives. La possibilité d’une induction enzymatique avait été évoqué, mais Mr X étant déjà un métaboliseur rapide, il a été cité que cet effet pourrait être moins important (Hardwick et al., 1983). La carbamazépine a été introduite à une posologie de 400mg le soir, mais arrêté au bout de 5 jours en raison de l’apparition d’un syndrome de manque. Le dosage plasmatique de la méthadone (S+R) est passé de 252ng/ml à 65ng/ml. Quatorze jours après l’arrêt de la carbamazépine, le dosage était revenu à 277ng/ml. Cliniquement, les symptômes de manque avec intensité descendante ont duré sur une période de 12 jours. Ce cas montre qu’une posologie modérée de carbamazépine peut entrainer une réduction d’un facteur 4 du taux de méthadone chez un sujet génétiquement métaboliseur rapide, ce qui contredit l’hypothèse que l’inhibition serait plus faible dans ce type de situation

Methadone: from pharmacokinetic profile to clinical pharmacology (Professeur Olié,Paris.,2002 )
Dr. J. DESMEULES –Interaction médicamenteuses et cytochrome P450 », Pharmaflash,‎ 2002
Präsentation Präsentations-Datei ansehen