Detaillierte Beitrags-Information

Zurück zur Liste

Beitragstitel Prise en charge conjointe somatique et psychiatrique des patients suicidaires ayant une indication urgente pour une oxygénothérapie hyperbare: l’expérience des Hôpitaux Universitaires de Genève.
Autoren
  1. Alessandra Costanza Hopitaux Universitaires de Genève (HUG) Vortragender
  2. Philippe Spagnoli
  3. Julia Ambrosetti
  4. Karine Wyss HUG Hôpitaux-Universitaires-Genève
  5. Guido Bondolfi
  6. Francois Sarasin
  7. Rodrigue Pignel
  8. Riaz Khan HUG Hôpitaux-Universitaires-Genève
Präsentationsform Poster
Themengebiete
  • Diverses
Abstract INTRODUCTION: Un certain nombre de patients ayant commis un acte à but suicidaire (SA) ou supposé tel nécessite une oxygénothérapie hyperbare (OHB) urgente. L’indication la plus fréquente dans ce contexte est représentée par l’intoxication au monoxyde de carbone (CO). Toutefois, a) La chambre hyperbare est un milieu potentiellement dangereux pour les patients présentant un risque suicidaire ; b) La gestion de ces patients représente un défi complexe pour l’équipe hyperbare. OBJECTIVES: 1) Répertorier les cas d’intoxication au CO volontaire ou supposée telle traités par OHB en 2011-2016 au Service de Médecine Hyperbare des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) ; 2) Examiner les points critiques de leur prise en soins. METHODES: Analyse rétrospective. RESULTATS: 200 patients victimes d’une intoxication au CO ont été traités par OHB dès 01.01.2011 au 31.12.2016. Un SA ou supposé tel a été retenu pour 26 patients (13%). Des lacunes anamnestiques à l’admission (donnant lieu à un certain degré d’insécurité à l’hypothèse de SA) et un retard de l’intervention psychiatrique ont été mis en évidence. DISCUSSION: Sur ces bases, nous avons proposé un protocole opérationnel centré sur une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique aux Urgences des patients suicidaires, incluant : 1) Les étapes cliniques tout au long de leur trajectoire des soins, dès l’admission à la chambre hyperbare ; 2) L’évaluation du risque suicidaire ; 3) Les mesures de sécurités.